Les instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire

L’offre de formation en urbanisme et aménagement du territoire s’est considérablement développée et diversifiée depuis la fin des années 1960 avec la création des Instituts d’urbanisme universitaires. Depuis leur développement dans les années 1980-1990 et les lois de décentralisation, ces établissements délivrent une offre de formation complète dans le domaine de l’urbanisme (DESS, DEA, puis Master, Doctorat). Il existe une filière complète de diplômes à chaque niveau formant à titre principal des urbanistes (3e année de Licence préparatoire, Master et Doctorat).

Il n’existe aucune définition officielle de l’expression « Institut d’urbanisme ». Certains établissements et composantes d’Enseignement supérieur s’affichent en tant qu’Institut (régi ou non par l’article L713-9 du Code de l’Éducation), unité de formation et de recherche (UFR) ou département d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Compte tenu de leur positionnement professionnel, le CNJU recense une vingtaine de composantes plus ou moins autonomes, dont la dénomination et l’organisation se rapprochent de celles d’un Institut d’urbanisme et d’aménagement du territoire. 

La particularité des Instituts d’Urbanisme : conjuguer enseignement, recherche et professionnalisation… au croisement des études urbaines et des politiques publiques

Les principales caractéristiques qui permettent de singulariser ces Instituts d’urbanisme sur les autres lieux de formations est sans doute leur adossement à la « recherche urbaine » ainsi que leur ouverture sur le monde professionnel.

Les enseignements délivrés au sein des Instituts d’urbanisme sont au croisement des études urbaines et des politiques publiques, à l’instar des Ecoles d’Urban planning britanniques (lieux d’enseignement des Urban studies). Ils présentent ainsi la particularité de conjuguer recherche académique et professionnalisation avec plusieurs phases de mise en situation professionnelle intégrées au cursus de Master: ateliers, projets collectifs, stages, voyages d’études. De nombreux enseignements (cours, ateliers) sont assurés par des intervenants professionnels extérieurs : urbanistes consultants, responsables d’agences d’urbanisme ou d’opérateurs de l’aménagement, etc.

La formation la plus courante des urbanistes diplômés, issus de ces Instituts d’Urbanisme, est celle d’un Master en Sciences humaines et sociales mention Urbanisme et aménagement. Certains Instituts d’urbanisme proposent la troisième année de la Licence Études urbaines, comme une année préparatoire au Master d’urbanisme.

Le Doctorat en « Aménagement de l’espace et urbanisme » permet quant à lui d’exercer dans le domaine de l’enseignement et de la recherche en tant qu’urbaniste chercheur. Les écoles doctorales préparant à la qualification des Docteurs en Aménagement de l’espace et urbanisme ont une grande proximité avec les Instituts d’Urbanisme. Répartis sur l’ensemble du territoire national dans les métropoles régionales, les Instituts d’urbanisme constituent un réseau dense d’enseignants-chercheurs affiliés à la 24e section « Urbanisme et Aménagement de l’espace » du Conseil National des Universités (CNU) et ancrés dans des réseaux professionnels d’urbanistes. Ils jouent à ce titre un rôle central dans l’organisation de la profession d’urbaniste : formation initiale et continue, recherche-action, expertise et débat public.

Certains de ces Instituts d’urbanisme sont membres de l’Association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme (APERAU), d’autres n’ont pas d’affiliation particulière. Toutefois, il n’existe pas à l’heure actuelle de réseau regroupant spécifiquement l’ensemble des instituts d’urbanisme français. A ce titre, le CNJU appelle de ses vœux dans son Livre Blanc « 9 propositions pour organiser la profession d’urbaniste en France », la constitution d’une Conférence des Instituts d’urbanisme.

Sur 157 diplômes de niveau Bac+5/6 en urbanisme et aménagement du territoire (niveau de référence européen de formation des urbanistes) recensés par le CNJU en juin 2014, une cinquantaine étaient affiliés à des Instituts d’urbanisme. Les autres formations sont assurées au sein de départements disciplinaires d’universités (droit, économie, génie civil, génie urbain, géographie, sociologie, etc.), d’écoles d’architecture, de commerce, d’ingénieurs ou d’Instituts d’études politiques.

Il existe donc une grande diversité de composantes de l’Enseignement supérieur pouvant assurer la formation d’urbanistes. En revanche, la filière de formation des urbanistes est aujourd’hui bien distincte des autres filières professionnelles de l’urbanisme (architectes, géomètres-experts, ingénieurs, paysagistes). La grande majorité des urbanistes entrant aujourd’hui sur le marché de l’emploi sont diplômés d’un Master en urbanisme.

Les Instituts d’urbanisme et d’aménagement du territoire français recensés par le CNJU

Page mise à jour le 5 août 2015

Voir également les propositions du CNJU :

« Développer, au sein des Instituts d’urbanisme, une gamme complète de formations et de qualifications initiales et continues »