L’organisation professionnelle

Fort de 1300 membres et reconnu comme un interlocuteur des pouvoirs publics (gouvernement, parlement, associations de collectivités locales), le Collectif National des Jeunes Urbanistes (CNJU) revendique un statut d’organisation professionnelle à part entière.

A travers son Livre blanc (adopté en janvier 2013), c’est sur la voie de l’organisation de la profession que le Collectif National des Jeunes Urbanistes (CNJU) a souhaité se placer et apporter sa contribution.

Alors que le Conseil Européen des Urbanistes (dont le CNJU est membre correspondant) travaille à la reconnaissance mutuelle des diplômes et des qualifications professionnelles des urbanistes à l’échelle européenne, une nouvelle représentation de la profession, susceptible de fédérer et de porter la voix des 20 000 urbanistes de France s’impose.

Pour le CNJU, la profession d’urbaniste doit s’organiser à partir de ses organes de formation et de la construction d’un dialogue social entre les principaux employeurs et les représentants d’urbanistes salariés.

Tout en appelant à la consolidation de l’offre de formation supérieure existante, le CNJU plaide pour la mise en place d’une certification professionnelle des diplômes d’urbanisme de niveau Master. En vigueur dans plusieurs Etats membres de l’Union européenne ou pays d’autres continents, cette démarche apporterait une meilleure visibilité aux formations d’urbaniste. Etudiants, professionnels des services publics de l’orientation et de l’emploi et employeurs disposeraient ainsi d’une information transparente sur l’offre diplômante et qualifiante en urbanisme (En savoir plus).

En outre, l’organisation de la profession d’urbaniste va de pair avec l’organisation de la maîtrise d’ouvrage publique de l’urbanisme : parce que l’urbanisme est une politique publique décentralisée ; parce que l’urbaniste, en tant qu’analyste territorial, stratège et coordinateur de projets, remplit une mission d’aide à la décision politique.

Le CNJU souhaite donc que les associations représentatives des collectivités locales compétentes urbanisme (principaux employeurs d’urbanistes) et les agences d’urbanisme (regroupées au sein du réseau de la FNAU) puissent jouer un rôle dans la reconnaissance sociale de la profession.

Les organisations professionnelles à l’échelle internationale, européenne et nationale :

L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES URBANISTES – INTERNATIONAL SOCIETY OF CITY AND REGIONAL PLANNERS (ISOCARP)

logo_ISOCARP

L’Association Internationale des Urbanistes (AIU) a été fondée en 1965 dans le but de rassembler dans un réseau international les urbanistes, à titre individuel, dont la haute qualification professionnelle est reconnue. Ses membres viennent de pays de tous les continents. L’AIU est une organisation non gouvernementale reconnue par l‘ONU, le Centre des Nations Unies pour les Etablissements Humains (Habitat) et le Conseil de l’Europe. Elle a un statut officiel consultatif auprès de l‘UNESCO.

WWW / @

LE CONSEIL EUROPÉEN DES URBANISTES – EUROPEAN COUNCIL OF SPATIAL PLANNERS (CEU-ECTP)

Fondé en 1985, le Conseil Européen des Urbanistes rassemble des associations et instituts nationaux d’urbanistes des pays européens. Elle donne à ses membres un contexte commun de travail, de formation continue et de définition des responsabilités professionnelles. Elle engage notamment le dialogue avec les municipalités, les gouvernements nationaux et les institutions européennes.

Selon l’article trois de ses statuts, l’association a pour « objet la collecte, l’étude et la transmission des données relatives à l’exercice de la profession d’urbaniste dans les pays européens du Conseil de l’Europe et, à travers leurs instituts et leurs associations, la défense des droits des urbanistes et la recherche d’une définition de leurs obligations ».

Le CNJU est membre correspondant du Conseil Européen des Urbanistes depuis 2012.

WWW / @

LES ORGANISATIONS DE LA FORMATION DES URBANISTES (ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET RECHERCHE)

L’offre de formation en urbanisme et aménagement du territoire s’est considérablement développée et diversifiée depuis la fin des années 1960 avec la création des Instituts d’urbanisme de l’enseignement supérieur en France. Cette offre de formation complète dans le domaine de l’urbanisme (DESS, DEA, puis Master, Doctorat) présente la particularité de concilier professionnalisation et liens étroits avec la recherche académique (En savoir plus).

Ces Instituts d’urbanisme ont formé à eux-seuls 20 000 urbanistes au cours des 30 dernières années  et sont appelés à jouer un rôle moteur dans l’organisation de la profession d’urbaniste.

Fédérés au sein de l’Association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme (APERAU), ils contribuent à offrir davantage de lisibilité aux métiers de l’urbanisme au sein de l’Université et des milieux de l’enseignement supérieur et de la recherche. Leurs équipes pédagogiques comportent l’essentiel des enseignants-chercheurs qualifiés par la section 24 « Aménagement de l’espace et urbanisme » du Conseil national des Universités (CNU)

A l’échelle européenne, ces lieux de formation en urbanisme et aménagement du territoire sont regroupées au sein de l’Association européenne des écoles d’urbanisme (AESOP).

Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme (APERAU)

logo_APERAU

Fondée en 1984, l’Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme (APERAU) regroupe des institutions d’enseignement supérieur du monde francophone qui s’engagent à appliquer les principes d’une charte de qualité dans les formations et diplômes en aménagement et urbanisme qu’elles délivrent. L’APERAU internationale promeut également la recherche scientifique dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme, sous toutes ses formes.

Les membres actifs de l’APERAU doivent mettre en application dans leur offre de formation accréditée les principes de la charte, comme l’interdisciplinarité, l’acquisition d’une culture commune de l’aménagement et de l’urbanisme, la participation effective de professionnels au côté des enseignants universitaires, et d’une manière générale tous les éléments d’un parcours de formation à la fois théorique et pratique qui garantisse l’acquisition des compétences nécessaires pour exercer dans ces champs professionnels.

Les membres actifs de l’APERAU reçoivent régulièrement des visites qui permettent de vérifier la conformité des formations à la charte, en vue de délivrer l’accréditation pour une période donnée.

L’APERAU encourage la recherche en aménagement et urbanisme de multiples manières, notamment en organisant des colloques, en délivrant des prix scientifiques, ou en organisant le soutien à la jeune recherche par le biais de rencontres doctorales ou de réseaux de chercheurs. Elle soutient ses membres lorsque ceux-ci doivent défendre la qualité de leur formation et de leur recherche, et d’une manière générale, participe avec toute la communauté de l’aménagement et de l’urbanisme au développement de ce champ de connaissances et de pratiques.

La charte de l’APERAU – Extraits :

« Les choix pédagogiques proposés par l’APERAU reposent sur les principes suivants :
– des méthodes d’enseignement […] fondées sur l’interdisciplinarité et la construction d’une culture commune ;
– un stage en milieu professionnel de trois mois au minimum […] la rédaction d’un mémoire, un travail collectif du type atelier professionnel, de préférence sur commande ;
– un corps enseignant interdisciplinaire qui permette la participation effective des professionnels de l’aménagement et de l’urbanisme au contenu des formations ;
– des critères de recrutement qui favorisent la diversité de formation préalable des étudiants ;
– le souci de développer la recherche dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme et d’intégrer les apports de la recherche à l’enseignement ».

Source  : site Internet de l’APERAU, 2014

WWW / @

 

Association of European Schools of Planning (AESOP)

AESOP was established in 1987 in Belgium as an international association with scientific, artistic and educational purposes and operates according to its Charter.

With over 150 members, AESOP is the only representation of planning schools of Europe. Given this unique position, AESOP strengthens its profile as a professional body. AESOP mobilizes its resources, taking a leading role and entering its expertise into ongoing debates and initiatives regarding planning education and planning qualifications of future professionals. AESOP promotes its agenda with professional bodies, politicians and all other key stakeholders in spatial and urban development and management across Europe.

These aims are achieved through a number of activities:

  • Annual Congress, on European, national, regional and local spatial planning issues
  • Yearly meeting of the Heads of Schools discussing planning curricula
  • PhD Workshop for young academics
  • European Urban Summer School for younf planning professionals
  • Cooperation with planning professionnal bodies and other key stakeholders
  • Research Thematic Groups
  • Prizes
  • Publications
  • AESOP Young Academics Network

AESOP is founding member of the Decade of Planning.

WWW / 

LE CONSEIL FRANÇAIS DES URBANISTES (CFDU)

Depuis 1996, le Conseil Français des Urbanistes constitue la confédération d’associations représentant l’ensemble des professionnels de l’urbanisme. Les objectifs du CFDU sont « la promotion de l’urbanisme, la mise en réseau des urbanistes et la représentation de la profession auprès de tous les acteurs concernés, aux niveaux national et européen ». Le CFDU vise à organiser et communiquer les positions des professionnels de l’urbanisme sur les enjeux spatiaux des activités humaines en France et en Europe.

www / @

L’OFFICE PROFESSIONNEL DE QUALIFICATION DES URBANISTES (OPQU)

Créé en 1998 avec le soutien de l’Association des Maires de France et de l’État, dans le cadre d’un protocole signé le 22 juillet 1998 par la Ministère chargé de l’urbanisme, l’Office Professionnel de Qualification des Urbanistes assure une mission de service public.

Selon l’article 2 de ses statuts, l’OPQU a pour objet « de définir et de faire évoluer la qualification professionnelle des urbanistes en fonction des méthodes et de la pratique des missions d’urbanisme ; de déterminer le degré d’aptitude (ou de qualification) professionnelle des urbanistes, pour que cette profession s’exerce dans des conditions administratives et techniques satisfaisantes ; d’attribuer la qualification (suivant les divers degrés précisés par le règlement intérieur) à toutes les personnes physiques ou morales qui rempliront les conditions exigées ou les conditions précisées au règlement intérieur ; de contribuer à l’évaluation des formations liées à la qualification professionnelle et de proposer, le cas échéant, des aménagements nécessaires ; de porter ces décisions à la connaissance des tiers par tous moyens appropriés tels que publication d’annuaires, listes de références, etc. ; d’établir des dispositions relatives aux conditions dans lesquelles sera attribuée la qualification ».

Contact :

Office Professionnel de Qualification des Urbanistes
28 avenue Léon Blum
31000 Toulouse

05.62.27.70.34

www / @

SYNDICATS PROFESSIONNELS

Syndicat des Nouveaux Urbanistes (SNU)

Constitué en 2014, le Syndicat des Nouveaux Urbanistes (SNU)  » a pour objet, tant en France qu’à l’étranger, de représenter tous les urbanistes, de défendre leurs intérêts professionnels, économiques, déontologiques, matériels et moraux.

Il représente les urbanistes auprès des pouvoirs publics, des Communautés Européennes et des instances mondiales ainsi qu’auprès des collectivités territoriales et des associations d’élus.

Il défend l’exercice professionnel d’urbaniste par les seuls urbanistes.

Il promeut la formation et la recherche en urbanisme, la certification professionnelle ainsi que la reconnaissance et l’organisation de la profession.

Il veille à ce que la profession d’urbaniste soit pleinement reconnue dans la fonction publique.

Le Syndicat est habilité à ester en justice.

Pour réaliser son objet, le Syndicat se voit reconnaître par ses membres les moyens d’action les plus étendus » (Source : Article 2 des statuts du SNU).

WWW / @