Le Titre professionnel d’urbaniste, une idée mûre

Le Titre professionnel d’urbaniste, une idée mûre

Dans un courrier adressé le 24 mars 2017 à Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement et de l’habitat durable, Carole Ropars, présidente du Collectif National des Jeunes Urbanistes (CNJU) et Bernard Lensel, président d’Urbanistes des territoires (UT), réitèrent leur position commune en faveur de la mise en place du Titre professionnel d’urbaniste. Après plus de 6 mois de travaux menés par l’ensemble des associations professionnelles représentatives, le CNJU et UT alertent la Ministre sur la nécessité d’élargir à présent la concertation aux fédérations d’employeurs d’urbanistes et aux établissements d’enseignement supérieur concernés. Dans la réponse qu’elle a adressée le 4 mai 2017  à la présidente du CNJU, la Ministre défend le Titre professionnel d’urbaniste et plaide aussi pour de nouvelles modalités d’accès à la fonction publique territoriale.

 

Lors de son allocution prononcée à l’occasion des 20èmes Universités d’été des urbanistes qui ont eu lieu à Dunkerque en août 2016, Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement en charge de l’urbanisme avait exprimé le souhait que les associations professionnelles d’urbanistes travaillent à des propositions concrètes pour la reconnaissance de la profession.

Après six de mois de réflexions et de travaux, animés par le Conseil français des urbanistes (CFDU) et qui ont associé l’ensemble des associations professionnelles représentatives, un consensus s’est dégagé autour de la création du Titre professionnel d’urbaniste.

Mais il restait à s’accorder sur les modalités d’accès à ce Titre professionnel. Depuis 2014, le CNJU et UT plaident pour que ce titre professionnel d’urbaniste soit directement accessible avec l’obtention d’un Diplôme national de MASTER mention « Urbanisme et Aménagement » inscrit au répertoire national des certifications professionnelles – RNCP (donc certifié en tant que qualification professionnelle > www.rncp.cncp.gouv.fr/).

Cette proposition fait désormais consensus entre les 5 associations professionnelles (CFDU, CNJU, OPQU, UT, APERAU) qui ont participé le 14 mars dernier à une réunion technique interministérielle au Ministère du Logement avec les cabinets du Secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Thierry Mandon, et de la Secrétaire d’Etat chargée des collectivités territoriales, Estelle Grelier.

Figurent en annexe du courrier adressé à Emmanuelle Cosse les propositions de ces 5 associations concernant les modalités d’accès au Titre professionnel d’urbaniste.

Les modalités de création de ce Titre professionnel nécessitent à présent d’être expertisées par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche en tant qu’autorité compétente pour habiliter les établissements d’enseignement supérieur pour l’accréditation des Diplômes nationaux de Master (Article L .335-6 du code de l’éducation).

 

Les employeurs d’urbanistes et les établissements d’enseignement supérieur doivent être au coeur du processus.

Dans leur courrier commun, le CNJU et UT alertent la Ministre Emmanuelle Cosse sur la nécessité d’élargir à présent la concertation aux établissements d’enseignement supérieur concernés et aux fédérations d’employeurs d’urbanistes. Ces dernières ont constitué un groupe de travail pour la reconnaissance des qualifications professionnelles des urbanistes dans le but d’exprimer leurs besoins en termes de compétences et de ressources humaines. Le CNJU a été associé en 2016 à ce groupe de travail qui réunit les principales fédérations d’employeurs d’urbanistes : Association des Maires de France (AMF), Association des Communautés de France (AdCF), Fédération nationale des maîtres d’ouvrages de SCOT (FédéSCOT), Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme (FNAU), Fédération des Entreprises Publiques Locales (FedEPL), Fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du Conseil, de l’Ingénierie et du Numérique (CINOV), Association des Consultants en Aménagement et Développement des territoires (ACAD), Fédération nationale des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (FNCAUE). En savoir plus : ici

« Nous avons la conviction que le dossier de la reconnaissance des qualifications professionnelles des 20 000 urbanistes de France ne doit pas être géré par les seules associations d’urbanistes militantes. Les employeurs d’urbanistes et les établissements d’enseignement supérieur doivent être au cœur de ce processus afin de répondre le plus efficacement possible aux besoins de mobilités professionnelles et de formation tout au long de la vie. 

Cette concertation élargie permettra ainsi de mieux définir les procédures d’accès, les dispositifs transitoires et les démarches de simplification des dossiers de VAE pour les urbanistes en exercice non titulaires d’un diplôme national de Master mention « Urbanisme et aménagement », argumentent le CNJU et UT dans leur courrier à la Ministre du Logement et de l’habitat durable.

Le CNJU informera ses adhérents sur l’état d’avancement de ce dossier.

 

Télécharger le courrier du CNJU et d’UT adressé le 24 mars 2017 à Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement et de l’Habitat durable

La réponse d’Emmanuelle Cosse adressée le 4 mai 2017 à Carole Ropars, présidente du CNJU

 

Retrouver notre article sur les objectifs et les principes d’un Titre professionnel d’urbaniste